Elle avait jeté son chien par la fenêtre à Fougères : Quelle peine a-t-elle reçu ?

découvrez la peine qu'a reçue la personne ayant jeté son chien par la fenêtre à fougères. toute l'histoire en détail et en exclusivité.

Une condamnation pour acte cruel envers un animal

Le tribunal de police de Rennes a récemment rendu son verdict dans l’affaire de l’habitante de Fougères qui avait jeté son chien par la fenêtre à deux reprises. Cet acte cruel et totalement inacceptable a provoqué l’indignation de nombreux défenseurs des animaux.

Le chien en question, nommé Bidule, avait été retrouvé grièvement blessé après sa deuxième chute. Il souffrait de trois fractures aux pattes et a dû être euthanasié pour abréger ses souffrances.

Les circonstances de l’incident

Le drame s’est déroulé le 28 juillet 2023 lorsque la voisine de la propriétaire de Bidule est tombée sur le chien au pied de l’immeuble. L’animal, visiblement en détresse, s’était réfugié sur cette personne. Inquiète pour la sécurité du chien, elle est montée chez la propriétaire pour comprendre ce qui s’était passé.

La propriétaire, âgée de 49 ans, était en état d’ébriété et a expliqué à la voisine que Bidule était tombé du deuxième étage de l’immeuble. La voisine a alors pris soin de refermer la fenêtre pour éviter un nouvel accident.

Une prise de conscience tardive

Lorsque la voisine est redescendue quelques minutes plus tard, elle a constaté avec effroi que la propriétaire tenait Bidule dans ses bras au-dessus du vide. Le chien a ensuite été laissé tomber, provoquant un bruit sourd, tandis que la propriétaire semblait complètement désorientée.

Face à l’état critique de Bidule, il a été emmené chez le vétérinaire pour recevoir les soins nécessaires. Malheureusement, en raison de ses blessures graves, l’animal a dû être euthanasié une heure après son arrivée.

Une condamnation à la hauteur de la cruauté

La propriétaire du chien a été jugée coupable d’une « atteinte involontaire à la vie ou à l’intégrité d’un animal domestique ». Le tribunal de police de Rennes a condamné cette femme de 49 ans à une amende de 450 €.

En plus de l’amende, elle devra également verser des dommages et intérêts d’un montant de 1 000 € à l’association Chats sans toits de Fougères ainsi que 500 € pour les frais de procédure.

Une peine insuffisante selon certains

Si certaines personnes considèrent que cette peine est juste, d’autres estiment qu’elle est insuffisante compte tenu de la gravité de l’acte commis. Pour elles, il aurait été nécessaire d’infliger une peine plus sévère pour dissuader toute personne tentée de maltraiter un animal.

Il convient de rappeler que les animaux ont des droits et qu’ils méritent d’être traités avec respect et compassion. Les actes de cruauté envers les animaux ne doivent pas être tolérés.

Appel à une meilleure protection des animaux

Cette affaire tragique met en lumière la nécessité de renforcer la législation en matière de protection animale. Il est important que les actes de cruauté envers les animaux soient sévèrement punis et que des mesures de prévention et de sensibilisation soient mises en place.

Il revient à chacun d’entre nous d’être vigilant et de signaler tout acte de maltraitance animale. Nous avons tous le devoir de protéger les animaux qui partagent notre monde.

Rate this post