Gard : La propriétaire d’un chien et son apprentie accusées de la mort d’une nonagénaire ? Découvrez les détails choquants de l’affaire !

découvrez les détails choquants de l'affaire impliquant la propriétaire d'un chien et son apprentie, accusées de la mort d'une nonagénaire dans le gard.

Bienvenue dans le monde des animaux où une affaire des plus insolites secoue actuellement la ville de Gard ! Entre une propriétaire de chien et son apprentie, des accusations de la mort d’une nonagénaire planent dans l’air. Préparez-vous à être surpris en découvrant les détails choquants de cette affaire incroyable !

Une nonagénaire attaquée dans un cimetière

Une triste histoire a secoué le Gard cette semaine. Une femme âgée de 93 ans a perdu la vie après avoir été attaquée par un chien dans un cimetière. Les détails choquants de cette affaire ont été dévoilés et ont conduit à la mise en examen de la propriétaire du chien et de son apprentie pour « homicide involontaire ».

Les circonstances de l’attaque

Les faits se sont déroulés dans un petit village du Gard, à Canaules-et-Argentières. L’apprentie de 18 ans, employée par la propriétaire d’un chenil spécialisé dans l’élevage de massifs dogues argentins, promenait trois chiens dans le cimetière. Malheureusement, l’un d’entre eux lui a échappé et a attaqué la nonagénaire qui se rendait sur la tombe d’un proche en fin d’après-midi.

Une mise en examen pour « modification de scène de crime ou de délit »

Ce qui rend cette affaire encore plus choquante, c’est que la propriétaire du chenil et ses deux fils jumeaux âgés de 19 ans ont également été mis en examen pour « modification de scène de crime ou de délit ». Ils auraient en effet évacué le chien responsable de l’attaque du village avant l’arrivée des gendarmes. Une tentative évidente de dissimulation de preuves.

Un stratagème pour échapper à la responsabilité

L’apprentie, qui avait dans un premier temps déclaré qu’il s’agissait d’un chien « errant », a avoué en garde-à-vue que cette version lui avait été imposée par la propriétaire du chenil et ses fils. Elle a déclaré que c’était en réalité un stratagème mis en place par la gérante du chenil pour éviter d’assumer sa responsabilité dans cette affaire tragique.

La propriétaire du chien déjà connue des autorités

Ce n’est pas la première fois que la propriétaire du chenil est impliquée dans des affaires judiciaires. Elle devrait d’ailleurs comparaître en septembre devant le tribunal correctionnel pour des faits de « violence » dans une autre affaire. Cette récidive soulève des questions sur la gestion de son établissement et sa capacité à assurer la sécurité des animaux et des personnes.

Une victime respectée dans la commune

La nonagénaire décédée dans cette tragique attaque était une ancienne maire de la commune. Elle était respectée et appréciée de ses concitoyens. Sa mort brutale a suscité une profonde émotion au sein de la communauté.

Cette affaire, qui met en cause la propriétaire d’un chien et son apprentie, soulève de nombreuses questions sur la sécurité des établissements canins et la responsabilité des propriétaires. Il est essentiel que des mesures soient prises pour prévenir de tels drames à l’avenir. La justice devra faire toute la lumière sur cette affaire et punir les responsables de cet acte tragique.

Rate this post